L’égalité du genre : L’un des défis majeurs que Donald Kaberuka cède à Akinwumi Adesina

La 50éme édition des Assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD) a refermé ses portes le 29 mai 2015 à Sofitel Hôtel Ivoire, à Abidjan Côte d’Ivoire, après 5 jours riches en événement. Le point d’orgue de ces assemblées annuelles est l’élection du Nigérian Akinwumi Adesina, 55 ans qui succédé au Rwandais Donald Kaberuka.

Crédit photo: http://fr.africatime.com/cap_vert/pays-une/all

Au cours de son mandat qui débute officiellement le 1er septembre 2015, le nouvel homme fort de la BAD aura pour responsabilité première de garantir et de consolider les acquis de son prédécesseur. Parmi ces acquis à consolider on note le développement inclusif qui vise à faire de l’Afrique, un continent où nul ne serait laissé pour compte. « Imaginez une Afrique ou les femmes africaines participent pleinement à la prise de décision, où leurs compétences et leurs capacités sont optimisées et mises à contribution pour multiplier les opportunités économiques», comme l’indique la sud-Africaine Géraldine J. Fraser-Moleketi, nommée en septembre 2013 par Donald Kaberuka, au premier poste d’envoyé spéciale de la BAD pour les questions de Genre.  Le rapport de la Stratégie du Groupe de la Banque en matière de genre  démontre, par ailleurs qu’ ‘’en Afrique, les inégalités entre les femmes et les hommes sont parmi les plus importantes au monde.  Les femmes et les filles d’Afrique sont parmi les plus pauvres au monde et elles détiennent les plus forts taux d’analphabétisme. La participation des femmes au secteur formel du travail est faible, et, dans de nombreuses régions du continent, la discrimination à l’égard des femmes entrepreneures, travailleuses et chefs d’entreprises, affecte négativement leur productivité et a pour résultat de grandes disparités de revenus entre les femmes et les hommes. Même dans l’agriculture, qui est largement dominée par les femmes, la productivité des femmes est de 30% inférieure à celle des hommes car les femmes ont un accès limité aux intrants vitaux’’. Il incombe, dorénavant, à Akinwumi Adesina de porter ce rêve africain entamé par Donald Kaberuka pour mettre en phase ‘’ l’Afrique et le nouveau paysage mondial’’, thème central de ces assemblées annuelles qui l’on hissé à la tête de l’institution bancaire.
Mariam Sorelle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.