#MondoChallenge- Le grand Amour, mon pire chagrin

 

Le grand Amour, je l’ai connu à l’âge de 12 ans.

La première fois que je l’ai aperçu dans le restaurant de ma mère, j’ai eu le souffle coupé. Plus tard, J’ai lu dans les magazines que c’est ce qu’on appelle le coup de foudre.

Au bout de quatre à cinq jours, il finit par me remarquer.

Âgé de 18 ans, il parlait l’anglais et moi le français

12 ans…

Oui, je sais 12 ans, c’est un âge précoce pour tomber amoureuse.

Oui, 12 ans c’est un âge précoce pour avoir un petit ami.

Qu’elle serait la réaction de ma mère quand elle le saura ?

Que pensera t-on de moi ? Mon entourage ? Mes amies ?

J’avais certes 12 ans, mais mes rondeurs me donnaient l’aire d’en avoir plus.

Je l’aimais à la folie, mais j’avais peur du regard de la société.

Alors, j’ai décidé  de rester sourde à ces avances.

Chaque fois que je le repoussais, malgré moi, je regagnais ma chambre en pleurs.

Je souffrais énormément de ne pouvoir laisser libre cours à mes sentiments.

Tenace, il me harcela quatre ans durant jusqu’aux jours où je commis l’irréparable.

une larme lui écharpa…

Une semaine déjà que j’étais sans nouvelle de lui.

Son ami est passé me fait savoir qu’il était souffrant depuis plusieurs jours et me réclamait.

Devant mon refus, de me rendre à son chevet, il fut convenu qu’ils viendraient m’attendre le lendemain sur le chemin du retour de l’école.

C’était une de ces journées ensoleillées du mois d’avril.

De loin, je le vis couché sur un banc.

À mon approche, son ami lui tapota l’épaule et l’aida à se rassoir.

J’étais avec ma bande d’amies.

Contre toute attente, après quelques moments d’hésitation, je hâtai le pas et les dépassa sans m’arrêter.

Je le vis refermer les yeux avec tristesse, une larme lui écharpa.

Ce jour-là, je pleurais toutes les larmes de mon corps, une fois à la maison.

Après cet incident, il devint distant, me saluant à peine quand nos chemins se croisèrent.

Je m’etais promise de lui présenter mes excuses, de lui dévoiler mes sentiments, mais je n’y suis jamais parvenu. Et il quitta définitivement le quartier.

7 longues années……

Persuadée qu’un jour, il reviendra.

Persuadée qu’un jour, nous pourrons vivre notre amour, sans barrières ni interdits.

Je me fis la promesse de l’attendre. L’attente aura duré 7 longues années.

Car à 23 ans, je me décida la mort dans l’âme à tourner définitivement la page.

 

Mariam Sorelle

17 commentaires sur “#MondoChallenge- Le grand Amour, mon pire chagrin

  1. Très émouvant… Une triste réalité qu’on aura presque tous connu à une période de son adolescence. Une histoire qui peut également rendre jaloux, le nouveau prince charmant, même 10 ans après.
    Mais, cela existe-t-il encore de nos jours ?
    Bref, grâce à ton billet, j’ai pu faire un flashback sur 15 ans. J’ai compris comment j’ai failli me détruire… psychologiquement… pour rien !

  2. Il y a tellement beaucoup de choses que l’on aurait pu faire si jeune, mais qui nous auraient forcément coûté quelque chose de grand. Tout dépend de nos idéaux et de comment nous voulons mener notre vie. Avoir du béguin, cela ne manque pas, surtout à l’endroit des personnes plus âgées. Si chaque que l’on ressentait quelque chose de fort pour quelqu’un, comme un amour fort, donnait suite à des relations amoureuses, une infinité de relations seraient attachées à notre modeste vie. Le véritable implique la responsabilité, la pleine conscience, même si parfois on soutient que l’amour a ses raisons que la raison ignore. Toutefois, l’amour ne subsiste que par la raison et la responsabilité. Nous pouvons tous aimer, mais ATTENTION à ne pas verser dans la folie de l’amour qui peut, parfois, nous conduire à l’aveuglement et à l’enfermement. Aimons, mais construisons et cultivons l’AMOUR. Rien est donné, tout est construit.
    De fait, je ne sais pas combien de cœur j’aurais brisé si je me livrais à la passion de l’Amour. Je ne sais pas combien de fois, je me serais brisé si je m’attachais hardiment à ma plus forte passion amoureuse, fut-elle un coup de foudre.
    Ne confondons donc pas, AMOUR, passions, désirs et autres, etc. Bien triste histoire, mais bonne leçon pour comprendre beaucoup sur la nature humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.