Get Up Woman, un séminaire pour booster l’entrepreneuriat féminin en Côte d’Ivoire

Après le Bénin, le Sénégal, c’est autour de la Côte d’Ivoire d’accueillir le séminaire tournant de l’association Get Up Woman sur « l’autonomisation et l’épanouissement de la femme entrepreneure ». L’objectif est de booster et d’inciter les femmes à diversifier leur source de revenus à travers des initiatives personnelles.

Entre nous, une marque conçue pour l’éducation sexuelle des filles

La Côte d’Ivoire est en proie au phénomène de grossesses en milieu scolaire. Considérant que l’accès aux services de contraception et à l’information peut aider à endiguer ce phénomène, l’ONG Population Services International en Côte d’Ivoire a procédé samedi 30 mars 2019 au lancement de la marque « Entre nous » avec pour but d’informer chaque jeune fille sur sa santé sexuelle.

L’égalité du genre : L’un des défis majeurs que Donald Kaberuka cède à Akinwumi Adesina

La 50éme édition des Assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD) a refermé ses portes le 29 mai 2015 à Sofitel Hôtel Ivoire, à Abidjan Côte d’Ivoire, après 5 jours riches en événement. Le point d’orgue de ces assemblées annuelles est l’élection du Nigérian Akinwumi Adesina, 55 ans qui succédé au Rwandais Donald […]

La journée internationale de la femme célébrée par les Women Techmakers

La première communauté Women Techmarkers de Côte d’Ivoire a organisé le samedi 28 mars 2015 une journée dédiée aux femmes passionnées de technologies. Une activité qui s’inscrit dans la célébration de la journée internationale de la femme.   ‘’ Connecter- Créer- Célébrer’’ a été le thème retenu par le Groupe de Développeurs Google du campus […]

Journée mondiale de l’excision, mon cœur est en berne

Ce 6 février, le monde entier se souvient de ces femmes, filles excisées dont le nombre ne cesse de croître. Selon les estimations de l’OMS, plus 125 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde sont victimes d’excision. En cette journée internationale contre l’excision, j’ai pris de mon temps pour parcourir les écrits sur cette pratique barbare vieille d’un demi-siècle. Je suis offusquée de voir qu’au XXIe, la coutume ne faiblit pas.