Pardonner sans toutefois oublier

C’est en parcourant les réseaux sociaux ce matin que j’ai réalisé qu’on était le 11 avril. Date commémorative de l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo qui mettait ainsi fin à six longs mois de crise postélectorale sanglante en Côte d’Ivoire. Ce 11 avril, les populations ivoiriennes la perçoivent différemment. Pour certains, c’est une fête, pour d’autres, c’est une défaite. Si je ne sais pas trop où me situer entre ces deux mondes. Je ne suis pas pour autant insensible à cette date. Quand j’ai pris conscience qu’on était le 11 avril, je me suis souvenue des heures chaudes de la crise postélectorale. Comme si une main invisible avait activé le bouton ‘’replay’’ d’une commande, les images affluaient dans ma mémoire. Réveillant en moi la peur, l’angoisse et la tristesse d’autrefois. STOP… Ma mémoire s’est attardée sur ce jour, où, pendant la crise postélectorale je suivais ‘’Les douze coups de midi’’ sur […]