Abidjan, Libre Afrique sensibilise les jeunes en réponse à l’extrémisme violent

Les participants du seminaires Libre Afrique 2017 et les organisateurs

Vingt-sept  jeunes venus d’horizon divers ont participé du 22 au 24 aout 2017 à la 8e édition du séminaire Afrique et Liberté sur le thème : « la liberté : antidote à l’extrémisme violent ».

Partant du principe qu’« on ne nait pas extrémiste, on le devient », le collège de conférencier composé de Dr Hicham El Moussaoui, du prof. Nouh El-Harmouzi, du juriste internationaliste, Herman Hokou, du directeur général de la compagnie Aris intelligence Jean-Michel Lavoizard,  de la directrice d’Audace institut Afrique, Gisèle Dutheuil et du consultant indépendant, Aquilas Yao,  ont au cours de ce séminaire Afrique et liberté,  aidé les participants à assimiler de nouvelles idées sur la liberté et la responsabilité.

Les intervenants ont, par ailleurs,  incité les participants à devenir des ambassadeurs de paix et une force de propositions par la rédaction d’articles pour le site www.libreAfrique.org.

Dans la lutte contre le terrorisme, si les réponses sécuritaires ont leurs importances, le collège de conférencier de  Libre Afrique soutient qu’il faudrait pour contrer  la montée de  l’extrémisme violent en Afrique francophone avoir une approche multidimensionnelle, basée sur la lutte contre la corruption, la mise en place d’un système éducatif performant avec une pédagogie ouverte et critique,  la lutte contre l’exclusion économique des jeunes, le renforcement de l’état de droit et la culture de l’entrepreneuriat chez les jeunes. Car « si le nerf de la guerre, c’est l’argent.  Ici, dans le cadre du terrorisme ou encore de l’extrémisme violent, le nerf de la guerre, c’est plutôt le recrutement », souligne le conférencier, Hicham El Moussaoui.

À la clôture du séminaire, les participants ont exprimé leurs satisfactions et se sont engagés à faire perdurer les idéaux de libertés et de responsabilités acquises au cours du séminaire par la mise en place d’une structure post-séminaire.

Après l’étape du Bénin, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et  du Sénégal, la 8e édition du séminaire Afrique et Liberté referment ainsi ses portes en Côte d’Ivoire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *