Les grossesses précoces : un frein à scolarisation des jeunes filles

Fatim, élève âgée de 15 ans, ne participera pas au BEPEC cette année. Elle vient de donner naissance au cours de ce mois de juin 2019 à une petite fille.

La jeune fille-mère ignore si, un jour, elle reprendra le chemin de l’école. Cette grossesse précoce a bouleversé le cours de sa vie. L’auteur de la grossesse a nié la paternité. Avec l’aide de sa mère, divorcée d’avec son père, elle a eu recours au médecin de la famille pour une interruption volontaire de grossesse.
Le médecin, après avoir encaissé l’argent des médicaments, est allé tout révéler à son père. Son père en colère l’a jetée à la rue. Elle a été hébergée par des amies durant le début de sa grossesse avant de rejoindre sa mère à Odienné.
Les grossesses précoces limitent la scolarisation de la jeune fille. Comme Fatim, beaucoup de jeunes filles, enceintes ou mères, n’ont pas la chance de poursuivre leurs études. Elles sont battues, humiliées et chassées de la maison. Elles sont accueillies par la famille de leur copain, par des connaissances ou encore un parent proche.

Crédit : Mariam Sorelle

Pour survivre les jeunes mères-filles, anciennement élèves, se convertissent en vendeuses ambulantes, servantes ou serveuses dans les maquis et bars. De peur de la réaction de leurs parents ou du regard de la société, certaines jeunes filles enceintes cours vers l’avortement clandestin et se font prendre au piège des vices des médecins.

« Au moment où j’étais sous anesthésie, il a abusé de moi avant de procéder à l’extraction du fœtus », raconte Ida, une jeune fille qui a subit un avortement à l’age de 22 ans. Elle ne s’est jamais remise de cet épisode de sa vie.
Les jeunes et les adolescents ayant de plus en plus une sexualité précoce, il est plus qu’urgent de briser le tabou autour de la sexualité. Le manque d’information et d’éducation à la sexualité fait partie des causes des grossesses précoces ou indésirées. Les parents et leurs enfants devraient se débarrasser des tabous et échanger véritablement sur la sexualité avec eux.

 

 

Mariam Sorelle

1 commentaire sur “Les grossesses précoces : un frein à scolarisation des jeunes filles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.